La persévérance au cœur des préoccupations à Saint-Félix-de-Valois

Loisirs, culture et vie communautaire

La Municipalité de Saint-Félix-de-Valois met la persévérance scolaire au cœur de ses préoccupations et dresse un excellent bilan de cette semaine dont la thématique rayonne à la grandeur du Québec. Comme Municipalité première de classe 2019, Saint-Félix-de-Valois a multiplié les activités avec la tenue de quatre animations et rencontres littéraires à la bibliothèque pour les élèves de l’École des Moulins, ainsi qu’avec la participation à la haie d’honneur lundi matin à l’École des Moulins. Deux des rencontres littéraires à la bibliothèque étaient d’ailleurs carrément sur le thème de la persévérance scolaire avec l’auteur Louis Lymburner.

« C’est le moment idéal de transmettre notre fierté et d’encourager les efforts de nos jeunes, mentionne Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois. La persévérance scolaire c’est l’affaire de tous et notre municipalité fait vraiment de grands efforts pour soutenir les actions et les événements de l’École des Moulins et de L’Érablière. »

La Municipalité ne se contente pas de s’impliquer pour la persévérance scolaire lors des Journées thématiques, elle le fait à longueur d’année par la mise en place de projets avec les écoles de son territoire comme Élu d’un jour, un projet de jardin pédagogique avec le camp de jour, l’appui à la corvée du ruisseau Beaubec, la mise en place de campagnes de sensibilisation à la sécurité routière, mais également par l’encadrement, la participation et le soutien lors de nombreux événements.

Voici quelques faits concernant les enjeux de persévérance scolaire dans la région :

Depuis 10 ans, le CREVALE a réussi, grâce à ses actions, à l’engagement de ses partenaires et à la multiplication des initiatives des membres de la communauté, à mobiliser les Lanaudois à l’égard de la persévérance scolaire, et que des gains ont été enregistrés. Lanaudière est la troisième région du Québec quant aux gains entre les cohortes de 1998 et 2007 pour les taux de diplomation et de qualifications après sept ans au secondaire. Malgré une augmentation portant son taux de diplomation au secondaire à 68,2 %, Lanaudière se classe parmi les cinq régions administratives du Québec ayant les plus faibles taux de diplomation. Le décrochage scolaire au secondaire a des impacts négatifs importants sur l’économie de la municipalité et de la région, lesquels sont évalués à 1,9 milliard de dollars annuellement à l’échelle du Québec.